BAS-RELIEF

Livrable en 48 h

Quand l’Art funéraire honore le sacré
Rendre tout son sens à l’art funéraire
« C’est un constat banal que l’art naît funéraire. » (Régis Debray, Vie et mort de l’image). La naissance de l’art est indissociable du sacré, sa fonction première fut de le matérialiser, de le rendre visible ou, du moins, plus facile à appréhender ; d’abord sur les tombes et dans les églises, mais aussi dans le quotidien, il favorise et construit un rapport spécifique au monde qui mêle étroitement le sacré et le matériel. Avant d’être le pseudo-philosophe avant-gardiste que nous connaissons aujourd’hui, l’artiste est l’artisan du Beau : parcelle visible de l’invisible.

Répond avec délicatesse à une demande très forte : pouvoir témoigner notre reconnaissance à ceux qui ont su tant nous donner.

Voici le seul résultat